Des élèves du lycée Marcel-Pagnol se sont mobilisés vendredi matin, sans bloquer l’accès aux cours, en faveur de leur camarade Ingrid menacée d’expulsion du territoire.

«Tous pour Ingrid !», «Liberté, égalité, scolarité», «l’éducation est un droit, pas un combat». Même griffonnés à la hâte sur des morceaux de carton, les mots gardent la même force. Dans un joyeux chahut, plusieurs dizaines de lycéens ont manifesté vendredi, 27 janvier 2017, devant le lycée Marcel-Pagnol d’Athis-Mons. Une mobilisation en faveur de leur camarade Ingrid, élève de 1re de nationalité camerounaise, sous la menace d’une expulsion du territoire français.

«Je suis arrivée en France en juin 2013. Depuis, je vis à Savigny-sur-Orge chez mon oncle, raconte la jeune fille qui a fêté ses 18 ans en juillet dernier. J’ai reçu une obligation de quitter le territoire français (OQTF) au mois de septembre. Ma demande de carte de séjour m’a été refusée sous prétexte que je ne suivais pas encore d’études supérieures.» Épaulée par le Réseau éducation sans frontières (RESF), Ingrid a déposé un recours devant le tribunal administratif de Versailles (TA) afin d’obtenir le droit de rester en France. «Mon souhait est de rester dans ce pays et de poursuivre mes études», souffle la lycéenne dont les parents sont restés au Cameroun. «Cela fait plaisir de voir cette mobilisation. J’ai le soutien de nombreux élèves mais aussi de professeurs et du personnel du lycée.»

«Ingrid est pleine de joie de vivre et elle a envie de réussir sa vie ici en France»
Sollicitée, la direction de l’établissement n’a pas souhaité commenter cette action qui n’a pas empêché les cours de se dérouler normalement ce vendredi. Mais les élèves, eux, défendent leur camarade de toutes leurs forces. «Ingrid est une fille super sérieuse. Elle est à fond dans ses études, clame Matyla, un de ses nombreux soutiens. Dans ce lycée, on est nombreux à avoir des origines étrangères et son cas nous touche. On a lancé une pétition. Ingrid est pleine de joie de vivre et elle a envie de réussir sa vie ici en France.»

Réseau éducation sans frontière — qui milite contre l’éloignement d’enfants étrangers scolarisés en France — se félicite de cette mobilisation lycéenne. «C’est très positif. Cela montre bien que la vie de cette jeune fille s’inscrit désormais en France, souligne Dominique Durand qui suit le dossier d’Ingrid. Même si ses parents sont restés au pays, elle a une vie harmonieuse en famille avec ses oncles, cousins et cousines qui l’hébergent et assument tout sur le plan financier.»

Un recours déposé au tribunal administratif de Versailles doit désormais être examiné avant d’envisager une éventuelle mise en rétention. Un sursis pour Ingrid qui devrait être fixée sur son sort dans les prochaines semaines.

Au cours de la manifestation, quatre élèves qui avaient lancé des œufs sur des policiers ont été interpellés et placés en garde à vue pour violences avec arme.

La Rédaction avec leparisien.fr

À lire aussi:

SERGE ESPOIR MATOMBA: “LES NOIRS SONT-ILS JU... De 1700 à 1900 partout dans le monde se sont déroulées successivement l’abolition de la traite négrière interdisant ainsi tout commerce d’esclave quel...
Transfert: Clinton Njié prêté à l’Olympique de Mar... L’attaquant camerounais de Tottenham s’est engagé mercredi 31 août 2016, en faveur du club français de Ligue 1 sous la forme d’un prêt avec option d’a...
Online Full Movie Woodpeckers (2017) Woodpeckers (2017) Release : 2017-01-23 ...
Les gouverneurs des régions du Cameroun entrent en... Les assises qui comptent pour leur conférence semestrielle sont placées sous le thème «Autorités administratives, mise en œuvre du plan d’urgence trie...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close